MANUEL DES DROITS DE L'ENFANT

À l’usage des ONG et des organisations autochtones

 


« Art. 2 Les Etats parties s’engagent à respecter les droits qui sont énoncés dans la présente convention, à les garantir à tout enfant relevant de leur juridiction, sans distinction aucune, indépendamment de toute considération de race, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou autre de l’enfant ou de ses parents, ou représentants légaux, de leur origine nationale, ethnique ou sociale, de leur situation de fortune, de leur incapacité, de leur naissance ou de toute autre situation.
[….]
Art. 8 Les Etats parties s’engagent à respecter le droit de l’enfant de préserver son identité, y compris sa nationalité, son nom et ses relations familiales, tels qu’ils sont retenus par la loi, sans ingérence illégale ».

Convention relative aux droits de l’enfant



Table des matières

Introduction
Les principales conventions des droits de l’enfant

Les organes Les droits de l’enfant et les peuples autochtones Coordonnées de organisations internationales
Les organisations actives pour la protection des droits de l’enfant

  



INTRODUCTION     

Nous constatons lors de ces dernières décennies, l’accroissement de l’exploitation des enfants. Cette exploitation est parfois liée à l’appauvrissement de certaines régions du monde ou à l’accroissement des zones en conflit. Cependant, la question des droits de l’enfant concerne toutes les régions, du Sud comme du Nord. Que ce soit face à la prostitution enfantine ou à l’enrôlement des enfants dans des conflits armés, nous avons tous une part de responsabilité et pouvons agir pour améliorer la situation des droits de l’enfant dans le monde.

Pour ce faire, les ONG assument un rôle essentiel. Les conventions relatives aux droits de l’enfant ont été élaborées grâce à elles. Elles peuvent contribuer à développer de nouvelles normes internationales, et surtout elles peuvent contribuer à faire respecter les normes existantes. Elles peuvent également inciter les Etats qui ne l’ont pas encore fait, à ratifier les conventions en question. Enfin, les ONG sont en quelques sortes les yeux et les oreilles de la communauté internationale pour la protection des droits de l’homme. Il est donc important que les ONG intéressées par la question puissent transmettre les informations sur la situation des droits de l’enfant dans leur région. 

Ce « Petit manuel des droits de l’enfant » vise à donner quelques outils aux ONG et aux organisations autochtones qui souhaitent contribuer à la promotion des droits de l’enfant. Nous espérons que ce dossier facilitera la promotion et le respect universel des droits de l’enfant et qu’il aidera les organisations intéressées à travailler dans ce domaine et à développer des contacts utiles.

Nous avons également intégré une partie sur la question des enfants et des jeunes des peuples autochtones. En effet, les peuples autochtones sont souvent marginalisés économiquement et socialement. Leurs enfants sont ainsi souvent les premières victimes des violations des droits de l’enfant.

Enfin, nous remercions toutes les personnes et les ONG qui nous ont transmis de l’information et qui nous ont ainsi aidé à la rédaction de ce dossier.
  
  
LES PRINCIPALES CONVENTIONS DES DROITS DE L'ENFANT
  
1. La  Convention relative aux droits de l’enfant
  
La Convention relative aux droits de l’enfant a été adoptée par l’Assemblé Général des Nations Unies le 20 novembre 1989. Elle énonce les droits communs à tous les enfants, quelle que soit la réalité culturelle, sociale, économique ou politique de leur pays.

Cette Convention  a été crée dans le but de protéger les enfants de toute sorte d’abus qu’ils pouvaient subir. Elle consacre les quatre grands principes suivants :

Comme pour toute convention, les Etats qui ont ratifié la Convention sont tenus de la respecter une fois qu’elle est entrée en vigueur. Il s’agit d’une des conventions les plus largement ratifiées au monde, puisque seuls les Etats-Unis et la Somalie ne l’ont pas encore ratifiée.

Texte de la Convention
Site de l'UNHCHR : www.unhchr.ch/french/html/menu3/b/k2crc_fr.htm
Statuts des ratifications (en anglais) : www.unhchr.ch/pdf/report.pdf
Déclarations et réserves : www.unhchr.ch/french/html/menu3/b/treaty15_asp_fr.htm
  
  
2. Le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant concernant la participation des enfants aux conflits armés.

La communauté internationale a pris conscience de l’utilisation de plus en plus régulière des enfants dans les conflits armés. Cette pratique qui est devenue monnaie courante dans de nombreux pays, va à l’encontre de plusieurs principes des droits de l’Homme. Afin de lutter contre cette évolution et de mieux protéger les enfants lors des conflits armés, un Protocole additionnel à la Convention des droits de l’Enfant a été adopté par l’Assemblée générale de l’ONU. Il oblige les Etats qui la ratifieront à ne pas impliquer des enfants de moins de 18 ans dans des combats et interdit l’enrôlement forcé dans des armées avant 18 ans. Ce protocole entrera en vigueur après la dixième ratification.
  
Texte de la Convention : www.unhchr.ch/french/html/menu2/6/protocolchild_fr.htm
Déclarations et réserves : www.unhchr.ch/french/html/menu3/b/treaty17_asp_fr.htm
  

3. Le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants.

Ce protocole additionnel à la convention  relative aux droits des enfants à pour objectif de lutter contre la vente des enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants. Les trois termes centraux du présent protocole vont être définis comme suit :

Texte de la Convention : www.unhchr.ch/french/html/menu2/dopchild_fr.htm
Déclarations et réserves : www.unhchr.ch/french/html/menu3/b/treaty18_asp_fr.htm

  
4. La Convention 182 de l’OIT

La Convention N° 182 sur les pires formes de travail des enfants a été adoptée par l’Organisation Internationale du Travail, le 17 de juin 1999. La Convention 182 vise à interdire les pires formes de travail des enfants. Elle interdit notamment :

Les Etats qui ont signé et ratifié cette convention devront la mettre en pratique dès que possible à l’intérieur de leur législation nationale.

Base de données de l'OIT sur les normes internationales du travail : www.ilo.org/ilolex/french/index.htm
Page des ratifications selon les pays et les conventions: www.ilo.org/ilolex/french/newratframeF.htm

Texte de la Convention 182
Etats et ratifications de C182: www.ilo.org/ilolex/cgi-lex/ratifcf.pl?C182
 
  
5.Convention 138 de l’OIT

La Convention 138 de l’OIT a été adoptée le 26 de juin 1973. Elle définit un âge minimum pour travailler.

Base de données de l'OIT sur les normes internationales du travail : www.ilo.org/ilolex/french/index.htm
Page des Conventions: www.ilo.org/ilolex/french/convdisp.htm
Page des ratifications et réserves selon les pays et les conventions: www.ilo.org/ilolex/french/newratframeF.htm

Texte de la Convention 138: www.ilo.org/ilolex/cgi-lex/convdf.pl?C138
Etats et ratifications de C138: www.ilo.org/ilolex/cgi-lex/ratifcf.pl?C138


LES ORGANES
  
Le Comité des droits de l’enfant

La Convention relative aux droits de l’enfant prévoit un organe de contrôle chargé de vérifier si les Etats qui l’ont ratifiée respectent leurs obligations. L’organe chargé de vérifier le respect de la Convention relative aux droits de l’enfant est le Comité des droits de l’Enfant. Ce comité de droits de l’enfant à été crée en 1991 et a pour mandat d’examiner et de superviser l’application de la Convention. Il se réunit trois fois par année, pour une durée de quatre semaines par session.

Les Etats qui ont ratifié la convention doivent soumettre au Comité des droits de l’enfant un rapport  sur les mesures qu’ils ont prises pour mettre en œuvre la Convention. Lors de la présentation des rapports, le Comité fait des recommandations et des suggestions aux Etats concernés qui doivent  en tenir compte.

La Convention ne prévoit pas l’examen des plaintes individuelles qui pourraient émaner des enfants ou de leurs représentants. Cependant, lorsqu’il y a une violation grave de la Convention dans un pays, le Comité peut demander à l’Etat des renseignements complémentaires sur l’application de la Convention.

Lorsqu’elles constatent une ou plusieurs violations de la Convention relative aux droits de l’enfant, les ONG qui disposent du statut consultatif auprès de l’ECOSOC (ONU) ont la possibilité se faire entendre par le Comité des droits de l’enfant et de lui soumettre des rapports et informations complémentaires sur les pays examinés. Les ONG qui n’ont pas le statut consultatif auprès de l’ECOSOC peuvent collaborer avec des ONG  qui en disposent.
  

Les autres Comités

Il existe 5 autres conventions qui prévoient un mécanisme similaire à celui de la Convention relative aux droits de l’enfant et qui peuvent toucher à certains aspects des droits de l’enfant. Il s’agit des comités suivants :

La plupart de ces comités se réunissent à Genève.
  
 
Commission et sous-commission des droits de l’Homme de l’ONU

Contrairement au Comité des droits de l’enfant qui ne s’occupe que des Etats qui ont ratifié la convention relative aux droits de l’enfant, la Commission et la Sous-Commission des droits de l’homme s’occupent des questions relatives aux droits de l’homme dans tous les pays. Ce sont les deux principaux organes de l’ONU s’occupant spécifiquement des questions relatives aux droits de l’homme. Les ONG qui disposent du statut consultatif auprès de l’ECOSOC ont la possibilité d’y assister et d’y faire des déclarations. Même si ces deux organes de l’ONU ne sont pas spécialisés sur les droits de l’enfant, certaines de leurs activités ont un lien direct avec les droits de l’enfant. La Commission des droits de l’homme se réunit chaque année 6 semaines au mois de mars à Genève et la Sous-commission 3 à 4 semaines au mois d’août à Genève également.

Rapporteurs spéciaux de la Commission des droits de l’Homme :

La Commission des droits de l’homme dispose de plusieurs rapporteurs spéciaux qui sont chargés de suivre la situation des droits de l’homme soit dans des pays en particulier, soit sur des thèmes particuliers. Parmi ces nombreux rapporteurs, nous mentionnerons :

Les ONG ont la possibilité de contacter et d’envoyer des informations aux rapporteurs spéciaux concernés.

Groupes de travail de la Commission des droits de l’Homme :

La Commission des droits de l’homme a créé plusieurs groupes de travail qui peuvent tous aborder de façon indirecte la question des droits de l’enfant. Cependant, aucun ne traite spécifiquement de cette question. 

Groupes de travail de la Sous-Commission des droits de l’Homme :

La Sous-Commission des droits de l’homme a créé plusieurs groupes de travail qui peuvent tous aborder de façon indirecte la question des droits de l’enfant. L’un d’entre eux aborde de façon plus direct cette question. Il s’agit du :

Communications :

Les ONG ont également la possibilité de faire parvenir des informations sur d’éventuelles violations des droits de l’Homme au Haut Commissariat aux Droits de l’Homme de l’ONU. Il est important alors d’indiquer toutes les informations utiles pour que cette information puisse être prise en compte : lieu, date, auteurs de la violation, identité des victimes, etc. Il s’agit de ce que l’ONU nomme des « communications ». Ces informations sont souvent retransmises aux organes concernés. Si de nombreuses communications se recoupent et indiquent que des violations massives des droits de l’homme ont lieu dans un pays en particulier, le Haut Commissariat peut activer contre celui-ci une procédure spéciale (dite procédure 1503).

  
L’Organisation Internationale du Travail (OIT)

L’Organisation Internationale du Travail (OIT) peut activer une procédure contre les Etats qui violent de façon marquée les principales normes et conventions de l’OIT. Il s’agit d’une procédure qui a été relativement peu utilisée, mais qui a néanmoins été requise contre le Myanmar (Birmanie) pour le travail forcé des enfants. Il est important de se rappeler que l’OIT est une des plus anciennes organisations internationales (elle a été fondée en 1919) et qu’elle repose sur une structure tripartite : parallèlement aux représentants des gouvernements, les syndicats et les organisations patronales de chaque Etat membre ont un droit de vote.
  

Le programme international pour l’abolition du travail des enfants de l’OIT

L’OIT a mis sur pied le Programme International pour l’abolition du travail des enfants (IPEC).  Le but de l’IPEC est de faire abolir progressivement le travail des enfants par des actions et des projets concrets sur le terrain. Le programme de l ‘IPEC est développé en collaboration avec les syndicats, les associations patronales, l’ONU  et les ONG.
  

Les droits de l’enfant et les peuples autochtones

Lors de sa dix-huitième session, le Groupe de Travail sur les Populations Autochtones de la Sous-Commission des droits de l’Homme s’est penché sur les problèmes auxquelles sont confrontés les enfants et les jeunes des peuples autochtones. A cette occasion de nombreux représentants de peuples autochtones ont présenté leurs préoccupations dans ce domaine. Il est frappant de constater que les problèmes sont souvent semblables d’un continent à l’autre. Nous avons tenté de résumer ces interventions et de regrouper les problématiques soulevées autour de quatre thèmes :
  
  
Les enfants et les jeunes autochtones dans les conflits armées

Les représentants des peuples autochtones ont fait  part de leurs inquiétudes en ce qui concerne les enfants et les jeunes autochtones qui se trouvent près des zones de conflits. Lors des conflits, les enfants et les jeunes autochtones sont souvent plus exposés à être enrôlés que le reste de la population. Ces  enrôlements se font souvent  par la force, soit par les armées nationales ou soit par des groupes paramilitaires. Les conflits entraînent souvent des  traumatismes qui ont des conséquences sur ces enfants et ces jeunes, du fait qu’ils se trouvent confrontés à des situations trop violentes pour leur âge.

Constatant les problèmes aux quelles sont confrontés les enfants et jeunes autochtones,  les représentantes autochtones demandent que leurs gouvernements mettrent en place des programmes de réadaptation adaptés aux enfants autochtones, afin de traiter les différents traumatismes physiques et moraux auxquels ils ont été confrontés.

  
L’éducation des enfants et des jeunes autochtones

Les peuples autochtones ont signalé les problèmes des enfants de des jeunes autochtones concernant leur éducation. Souvent les gouvernements imposent des programmes scolaires et des méthodes pédagogiques qui ne tiennent pas compte de la particularité de la langue, de la  culture et de l’histoire des peuples autochtones.

Les  autochtones ont également fait part de leur préoccupation face au nombre élevé des échecs scolaires et des abandons de scolarité par les enfants et les jeunes autochtones. Problème qu’ils estiment directement lié à l’inadaptation du système scolaire.

Dans certains pays l’accès à l’enseignement soit primaire, secondaire  ou supérieur est très  limitée. Pour remédier ce problème quelques populations autochtones avec l’aide de certains gouvernements ont crée des écoles bilingues qui permet aux enfants et aux jeunes autochtones de suivre un enseignement qui tient compte de leur particularité et de leur culture. Ces expériences ont généralement eu des résultats très positifs. 

  
Travail des enfants et exploitation sexuelle des enfants et jeunes autochtones

Dans plusieurs pays, les enfants et les jeunes des peuples autochtones sont davantage exploités en tant que force de travail et à des fins sexuelles, que le reste de la population. Ces pratiques sont vivement dénoncées.

Les représentants des peuples autochtones demandent à ce que les Etats coopèrent davantage afin que des mesures soient prises pour mettre fin à ce type d’exploitation. Il faut que les normes internationales dans ce domaine soient renforcées pour éradiquer toute forme d’exploitation des enfants.
  
  
La discrimination à l’égard des enfants et des jeunes autochtones

Les peuples autochtones, du fait de leur identité distincte, sont souvent discriminés par le reste de la population. Les communautés autochtones sont très préoccupées par les effets de cette discrimination sur leurs enfants et leurs jeunes.

Ces enfants et ces jeunes sont conscients de particularité de leur langue et de leur culture. Ils sont souvent rejetés, discriminés et marginalisés par le reste de la population. Les enfants et les jeunes qui sentent ce rejet, essaient de copier le mode de vie dominant, ce qui entraîne une perte de leur identité et de leur culture. La discrimination apparaît à plusieurs niveaux :

Ces discriminations ont pour effet de marginaliser économiquement les peuples autochtones et d’accroître l’utilisation de l’alcool et de la drogue par les enfants et jeunes autochtones. Le manque de perspective et le rejet social tendent également à favoriser la délinquance chez les jeunes autochtones. 

Nous devons nous rappeler que ces enfants et ces  jeunes sont notre futur et le futur des peuples autochtones. Ils sont  là pour nous rappeler la richesse de l’humanité, de ses cultures, ses langues et son histoire.
  

COORDONNEES DE ORGANISATIONS INTERNATIONALES

Organisation International du Travail(OIT)

Programme International pour l’abolition du travail des enfants(IPEC)
Bureau de la campagne IPEC , 4 rue des Morillons, 1211 Genève 22 SUISSE - Suisse
Tel : +41 22 79 981 81 ; Fax : +41 22 799 87 71.
E-mail: childlabour@ilo.org
Site web: www.ilo.org/childlabour

Haut Commissarait aux Droits de l’Homme des Nations Unies (ONU)
Palais Wilson, 1201 Genève - Suisse
Tel : +41 22 917 34 56 ; Fax : +41 22 917 02 13.
E-mail: secrt.hchr@unog.ch
Site web: www.unhchr.ch


LES ORGANISATIONS ACTIVES POUR LA PROTECTION DES DROITS DE L'ENFANT
  
Groupe des ONG pour la Convention relative aux droits de l’enfant

Secretariat c/o Defence for Children International;
1 rue de Varembé; P.O. Box 88   1211 Genève 20 Suisse
Tel : +41 22 734 05 58 ; Fax : +41 22 740 11 45.
E-mail: dci-ngo.group@pingnet.ch

Principale coordination d’ONG actives pour la promotion des droits de l’enfant et pour le respect de la Convention relative aux droits de l’enfant.

Ecpat International (End Child Prostitution, Child Pornography and Trafficking of Children for Sexual Purposes)
E-mail: info@ecpat.net
Site web: www.ecpat.net/fr/index.asp

Ecpat Suisse - Association pour la protection de l'enfant
Case postale 344    3000 Berne 14
Tél 031 398 10 10 ; Fax 031 398 10 11
E-mail: info@kinderschutz.ch
Site web www.ecpat.ch

Anti-Slavery international (ASI)
The Stableyard Bromgrove Road, London SW9 9TL, Angleterre.
Tel: +44 171 924 95 55 ; Fax: +44 171 738 41 10.
E-mail: antislavery@gn.apc.org
Site web: www.antislavery.org

Communauté internationale Baháí
15, route de Morillons, Grand Saconnex, CH-1218 Suisse.
Tel : +41 22 7985400 ; Fax : +41 22 798 65 77
E-mail: bic-gva@bic.org
Site web: www.bahai.org

Fonds chrétiens pour l'enfance
CCF Europe, CP 2100, CH-1211 Genève 2, Suisse.
Tel: (4122) 7889070 ; Fax: +41 22 788 90 83.
Site web : www.christianchildrensfund.org

Défense des Enfants - Internationale (DEI)
1, rue de Varembé, Case Postale 88, CH-1211 Genève 20, Suisse.
Tel: +41 22 734 05 58 ; Fax : +41 22 740 11 45.
E-mail: dci-hq@pingnet.ch
Site web: www.defence-for-children.org

European Association for Children in Hospital (EACH)
Association Européenne pour les enfants à l’hôpital.
32, Via Castelvetro, I-20154 Milano, Italy.
E- mail: filippazzi@iol.it
Site web: www.each-for-sick-children.org
Son but est d’améliorer l’attention portée aux enfants dans les hôpitaux.

Comité consultatif mondial des Amis (CCAM)
Quaker House, 13 avenue de Mervelet, Ch-1309 Genève, Suisse.
Tel: +41 22 748 48 00 ; Fax: +41 22 748 48 19.
Site web: www.quaker.org/fwcc

Human Rights Watch (HRW)
485 Fifth Ave, New York NY 10017-6104,USA.
Tel: +1 212 972 84 00 ; Fax: +1 212 972 09 05.
E-mail:  hrwny@hrw.org.
Site web: www.hrw.org

Comité inter-africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la santé des femmes et des enfants en Afrique(CI-AF)
145, rue de Lausanne, Ch-1202 Genève, Suisse.
Tel: +41 22 731 24 20 / 22 732 08 21 ; Fax: +41 22 738 18 23.
E-mail: cominter@iprolink.ch
Site web: www.iac-ciaf.ch

Fédération abolitionniste internationale (IAF)
Hélène Sackstein, c/o DEI, Case Postale 88, CH-1211 Genève Suisse.

Association internationale pour le droit au jeu de l'enfant (IPA)
7, rue Victor Marquigny, F-94250 Gentilly, France.
Tel: +33 147 40 99 42.

Association internationale des magistrats de la jeunesse et de la famille (IAJFCM)
Justitiepaleis Sluissingel 20, NL-4811 TA Breda  Nouvelle-Zélande.
Tribunal des Mineurs, C.P. 219, 1950 Sion   Suisse

Bureau international catholique de l’enfance (BICE)
63, rue de Lausanne, CH-1202 Genève, Suisse.
Tel: +41 22 7313248 ; Fax: 7317793
E-mail: bice.geneve@bise.org

Conseil international des femmes juives
24-32 Stephenson Way, London NW1 “ JW, Angleterre.
Tel: +44 171 388 83 11 ; Fax: (44 171) 387 21 10.
E-mail:  hq@icjw.demon.co.uk
Site web: www.icjw.org

Commission internationale de jurists (CIJ)
PO Box 216, 81 A avenue de Châtelaine, Châtelaine, Ch-1219 Genève, Suisse.
E-mail: info@ici.org
Site web: www.icj.org

Conseil International des Femmes (CIF)
13 rue Caumartin, F-75009 Paris, France.
Tel: (33 1) 4742 19 40 ; Fax: (33 1) 4266 26 23
Site web: www.icw-cif.org

Fédération internationale des femmes  de carrières libérales et commerciales (IFBPW)
Studio 16, Cloisters Business Centre, 8 Battersea Park Road, London SW8 4 BG, Angleterre.
Tel: +44 171 738 83 22 ; Fax: +44 171 622 85 28.
E-mail:  106261.1573@compuserve.com
Site web: www.bpwintl.com

Fédération internationale Terre des Hommes (FITDH)
31, chemin Frank-Thomas, CH-1208 Genève, Suisse.
Tel: +41 22 7363372 ;Fax: +41 22 7361510
Site web: www.terredeshommes.org

Fédération internationale des travailleurs sociaux (IFSW)
Postfach 6875, 20,Schwarztorstrasse, CH-3001 Berne, Suisse.
Tel: +41 31 3826015 ; Fax: +41 31 3811222.
E-mail: secr.gen@ifsw.org
Site web: www.ifsw.org

Fédération internationale des associations pour l'Education des travailleurs (FIAET)
IFWEA, Surcon House, Copson Street, Manchester, M20 3HE, United Kingdom
Telephone: +44 161 445 92 72 ; Fax: +44 161 445 36 25
E-mail: dave.spooner@ifwea.org
Site web: www.ifwea.org

Mouvement International contre toutes les formes de discriminations et le racisme (MIDRA)
150, route de Ferney, CH-1211 Genève 2, Suisse.
Tel: +41 22 791 62 63 ; Fax: +41 22 791 64 80.   
E-mail: imadrun@iprolink.ch
Site web: www.imadr.org

Mouvement international ATD quart monde
107, avenue du Général Leclerc, F-95480 Pierrelaye, France.
Tel: +33 1 30371111 ; Fax: +33 1 30376512.
E-mail: atd.int@atd.quart-monde.org.
Site web: www.atd-quartmonde.org

Service Social International (SSI)
32, quai de Seujet, CH-1201 Genève, Suisse.
Tel: +41 22 731 74 54 / 22 731 74 55 ; Fax: +41 22 738 09 49
E-mail:  iss.gs@span.ch.
Site web: www.iss-ssi.org

Centre International de Référence pour la Protection de l'Enfant dans l'Adoption (CIR)
c/o Service Social International
32 quai du Seujet - 1201 Genève - Suisse
Tel. +41 22 906 77 00 ; Fax +41 22 906 77 01
E-mail :iss.gs@bluewin.ch
Site web: www.iss-ssi.org/Resource_Centre/resource_centre.html

Alliance internationale d'aide à l'enfance
275 - 281 King Street, London, W6 9LZ, Angleterre
Tel: +44 20 8748 2554 ; Fax: +44 20 8237 8000.
E-mail: info@save-children-alliance.org
Site web: www.savethechildren.net

Association internationale de psychologie scolaire (ISPA)
Hans Knudsens Plads 1A, 1st Floor, DK- 2100 Copenhagen, Danemark.
Tel: +45  4498 2106 ; Fax: +45 3929 3700.
E-mail: info@ispaweb.org
Site web: www.ispaweb.org

Fédération luthérienne mondiale (LWF)
150 Route de Ferney, PO Box 2100, CH-1211 Genève 2, Suisse.
Tel: +41 22 791 61 11 ; Fax: +41 22 791 66 30
E-mail:  info@lutheranworld.org
Site web: www.lutheranworld.org

Plan International
HQ, Chobham house, Christchurch Way, Woking, Surrey GU21 6JG, Angleterre.
Tel: +44 1483 755 155 ; Fax :+44 1483 756 505
E-mail:  info@plan-international.org
Site web: www.plan-international.org

Rädda Barnen international
Rädda Barnen, c/o Save the Children Sweden, Torsg. 4, 107 88 Stockholm
Tel: +46 8 6989 000 ; Fax: +46 8 6989 010
E-mail:  info@rb.se
Site web: www.rb.se

Soroptimist International (SI)
72, Route de Florissant, CH-1206 Genève, Suisse.
Tel: +41 223460880 ; Fax: +41 22 789 04 43.
E-mail:  sorophq@dial.pipex.com
Site web: www.soroptimistinternational.org

Women’s World Summit Foundation (WWSF)
Fondation Sommet mondial des femmes- Fundaci’on Cumbre Mundial de la Mujer.
Case Postale 2001, CH-1211 Genève 1, Suisse.
Tel: +41 22 7386619 ; Fax: +41 22 7388248.
E-mail:  wwsf@iprolink.ch
Site web: www.woman.ch

Association mondiale des guides et des éclaireuses (WAGGGS)
World Bureau, Olave Centre, 12c Lyndhurst Road, London NW3 5PQ, Angleterre.
Tel: +44 171 7941181 ; Fax: +44 171 4313764.
E-mail:  wagggs@wagggsworld.org
Site web: www.wagggsworld.org

World Federation of Methodist and Uniting Church Women
1048 Eastills drive, West Covina CA 91791, USA.
Tel: +1 818 3325985 ; Fax: +1 818 9154505.
Representente à Genève Renate Bloem, 103 bis route de Thonon, Ch-1222 Vesenaz, Suisse.

Fédération mondiale des associations pour les Nations Unies (FMANU)
c/o Palais des Nations Room E4-2A, 1211 Genève 10, Suisse.
Tel: +41 22 917 32 39 or 32 13 Fax: +41 22 917 01 85
E-mail: wfuna@unog.ch
Site web: www.wfuna.org

Congrès juif mondial (CJM)
1 Rue de Varembé, CP 191, 1211 Genève 20, Suisse.
Tel: +41 22 734 13 25 ;Fax: +41 22 733 39 85
Site web: http://wjc.org.il/
  
Organisation mondial contre la torture (OMCT)
Secrétariat international de l’OMCT, 8 rue du Vieux-Billard, PO Box 21, 1211 Geneva 8, Switzerland
Tel: + 41 22 809 4939 ; Fax: + 41 22 809 4929
E-mail:  omct@omct.org
Site web: www.omct.org

Union Mondiale des organisations féminines Catholiques (UMOFC)
37, rue Notre-Dame-des-Champs, F-75006, France.
Tel: +33 1 45 44 27 65 ; Fax : +33 1 42 84 04 80.
E-mail:  wucwoparis@wanadoo.fr
Site web: www.wucwo.org
  
Organisation internationale de perspective mondiale (WVI)
6, chemin de la Tourelle, 1209 Genève, Suisse.
Tel: +41 22 798 41 83 ; Fax: +41 22 7986547.
E-mail: newsvision@wvi.org
Site web: www.wvi.org
  
Zonta International
557 West Randolph Street, Chicago IL 60661 - USA.
Tel: +1 312 9305848 ; Fax: +1 312 9300951
E-mail: zontaintl@zonta.org
Site web: www.zonta.org